L’air des poumons, en passant par les cordes vocales, vibre de manière à former des ondes sonores. Lorsque l’air remonte dans le pharynx et la bouche, la position des articulateurs vient amplifier certains harmoniques de l’onde sonore. C’est de cette façon que nous arrivons à former les voyelles et les consonnes que l’on retrouve dans les tableaux API.

Une consonne, c’est quoi?

En phonétique, on distingue les consonnes des voyelles en fonction de la constriction de l’air. Si, l’air passe des poumons à l’air ambiant de façon fluide c’est une voyelle. Par contre, si le flux d’air est bloqué ou perturbé dans une région de l’appareil phonatoire, c’est une consonne.

Ici, je vais présenter uniquement les consonnes pulmonaires (prononcées grâce à l’air provenant des poumons), puisqu’elles représentent la majorité des sons employés dans le langage. D’ailleurs, le français ne contient aucune consonne non pulmonaire.

Voici le tableau API qui comprend les consonnes pulmonaires répertoriées dans les langues du monde que nous connaissons. Les cases vides signifient que nous n’avons pas pris connaissance d’une langue comportant ce type de phonème et les cases grises représentent les types de phonèmes qui sont physiquement impossibles à produire.

Consonnes du tableau API

Mode d’articulation des consonnes

L’axe horizontal du tableau contient tous les modes d’articulations possible. Le mode d’articulation, c’est la manière dont deux articulateurs (langue, palais dur, palais mou, lèvres dents, etc.) entrent en contact pour produire les différentes consonnes.

Plosives (ou Occlusives)

Les deux articulateurs font directement contact, donc ils bloquent complètement l’air à cet endroit. On entend la consonne lorsque la pression derrière les articulateurs est relâchée permettant à l’air de s’échapper.

Consonnes Plosives  (ou Occlusives)

Dans le mot bateau (bato), le [b] et le [t] sont des consonnes plosives. En prononçant [b], l’air s’accumule derrière les lèvres puisqu’elles sont complètement fermées et lorsqu’on prononce le [t], l’air s’accumule derrière la langue.

Nasales

Une consonne est nasale lorsque l’abaissement du palais mou permet à l’air de passer à la fois par la bouche et le nez. Lorsqu’on ferme notre bouche, l’air passe uniquement par le nez.

Consonnes Nasales

En prononçant le [m] du mot maman (mamã), on abaisse le palais mou et on ferme la bouche, donc l’air sort par le nez.

Trillées

Les articulateurs se touchent à plusieurs reprises très rapidement. C’est un peu comme faire une série rapide de plosives.

Consonnes Trillées

L’utilisation du [R] dans la langue française varie en fonction des régions. On le retrouve dans les mots où les [R] sont roulés.

Battues

Les battues ressemblent un peu aux plosives, mais elles ne requièrent pas l’accumulation d’air derrière les articulateurs.

Consonnes Battues

On ne prononce jamais ce type de consonne en français.

Fricatives

En rapprochant les articulateurs, l’air n’est pas complètement bloqué, mais elle a moins d’espace pour passer. Leur position perturbe la sortie de l’air.

Consonnes Fricatives

Lorsqu’on dit le mot serpent (sɛʁpã), le son émis lors de la prononciation du [s] est une fricative. La langue se rapproche du palais sans y toucher amenant la perturbation de l’air sans empêcher complètement sa sortie.

Approximantes (ou spirante)

On caractérise l’approximante par un rapprochement subtil des articulateurs. Toutefois, ce rapprochement est trop petit pour perturber le flux d’air comme le fait la fricative.

Consonnes Approximantes (ou spirante)

Dans le mot vanille (vanj), le son [j] est produit en rapprochant un tout petit peu langue au palais dur.

Fricatives et Approximantes latérales

Les fricatives et les approximantes sont latérales lorsque l’air doit passer sur un côté (ou les deux) de la langue afin de prononcer la consonne.

Consonnes Fricatives et Approximantes latérales
La première ligne concerne les fricatives latérales et la deuxième, les approximantes latérales.

Lorsqu’on dit le mot laid (lɛ), la position de la langue pendant la prononciation du son [l] permet l’écoulement de l’air sur ses côtés.

Lieu de l’articulation des consonnes

Bilabiales

Lèvre supérieure et Lèvre inférieure

Labiodentales

Lèvre inférieure et Dents supérieure

Dentales

Langue et Dents supérieures

Alvéolaires

Langue et Alvéoles

Postalvéolaires

Langue et Arrière des alvéoles

Rétroflexes

Pointe de la langue et Palais dur

Palatales

Dos de la langue et Palais dur

Vélaires

Dos de la langue et Palais mou

Uvulaires

Langue et Luette

Pharyngales

Langue et Pharynx

Glottales

Les deux plis vocaux (cordes vocales)

Je vous ai mis un vidéo YouTube regroupant l’ensemble des animations présentes dans cet article puisqu’elles ne semblent pas fonctionner sur tous les appareils.

Les commentaires sont fermés.