La dyslexie-dysorthographie (DD) se décline en 3 profils : La DD phonologique, la DD viso-attentionnelle et la DD mnésique.

Apprentissage de la lecture et de l’écriture

Lorsqu’on apprend à lire, on doit d’abord décoder chaque mot. Puis, après avoir été exposé plusieurs fois à un mot, on arrive à le reconnaitre. Il intègre alors notre lexique orthographie, l’équivalent d’un dictionnaire mental.

À ses débuts, l’enfant écrit d’abord les mots au son, c’est-à-dire qu’il associe chaque son du mot aux lettres qui y correspond. À ce stade, il pourrait donc écrire ‘bato’ au lieu de ‘bateau’. Puis, graduellement, il intègre de nouveaux mots dans son lexique orthographique en y étant exposé à plusieurs reprises lors de la lecture. À partir du moment où un mot intègre le lexique orthographique de l’enfant, il est en mesure de l’écrire correctement. Par exemple, il saura que le son /o/ du mot ‘bateau’ s’écrit ‘eau’ et non ‘o’. En fonction du profil de dyslexie-dysorthographie, un, l’autre ou les deux processus peuvent être affectés lors de la lecture et lors de l’écriture.

Ex. Lambéosaurus

#1 Décoder : Quand on lit le mot ‘lambéosaurus’ pour la première fois, on doit d’abord le décoder. On associt chaque lettre ou groupe de lettres au son qui y correspond : la lettre ‘l’ fait le son /l/, ‘am’ fait le son /ã/, ‘b’ fait le son /b/, etc.

#2 Reconnaître : Puis, après y avoir été exposé plusieurs fois, on arrive à le reconnaître en un coup d’oeil sans avoir à décoder chaque lettre.

Dyslexie-Dysorthographie, Identification

Au fur et à mesure que l’enfant est en mesure de reconnaître de plus en plus de mots, sa vitesse de lecture va augmenter. Les ressources cognitives qui étaient requises pour décoder les mots nouveaux peuvent maintenant être investi dans la compréhension du texte qui est lu.

Dyslexie-dysorthographie phonologique

La DD phonologique implique un déficit sur le plan de la conscience phonologique. L’enfant a de la difficulté à se représenter les différents sons qui composent un mot (ex. chaise = ch-è-z).

Lecture : DD phonologique

Lorsqu’on rencontre un mot pour la première fois, on doit d’abord le décoder en associant les lettres à des sons.

Puisque la représentation des sons est plus fragile chez les enfants ayant une DD phonologique, il va surtout avoir de la difficulté à lire des mots nouveaux puisqu’il aura de la difficulté à savoir à associer les lettres aux sons qui leur correspond. Après y avoir été exposé à plusieurs reprises il va traiter le mot en entier sans avoir à le décoder. Toutefois, ça peut demander une plus grande exposition à un mot pour qu’il fasse partie de son lexique orthographique en raison des difficultés de décodage des mots qui ralentissent à leur acquisition.

Un enfant qui a une DD phonologique pourrait avoir de la difficulté à comprendre ce qu’il lit lorsque le texte contient trop de mots qui ne font pas partie de son lexique orthographique. Il doit investir beaucoup de ressources cognitives dans le décodage et il en reste peu pour la compréhension.

Ex. En lisant le mot ‘ballon’, Rosalie le lit plutôt ‘pallon’.

Écriture : DD phonologique

En ce qui concerne l’écriture, les enfants ayant une DD phonologique auront de la difficulté à écrire aux sons. Habituellement, lorsqu’on doit écrire un mot qu’on ne connait pas, on arrive à deviner partiellement la façon dont il s’écrit en associant chaque son du mot avec les lettres qui y correspondent généralement. Toutefois, c’est une tâche qui peut être plus difficile chez les jeunes ayant une DD phonologique en raison de la fragilité de leur conscience phonologique. Il est alors difficile pour eux de savoir quelles lettres il faut écrire pour correspondre aux sons entendus lors d’une dictée, par exemple. Cependant, à partir du moment où le mot est emmagasiné dans le lexique orthographique, il peut être écrit correctement.

Ex. En essayant d’écrire ‘soleil’ Rosalie écrit plutôt ‘soli’.

Dyslexie-dysorthographie Visuo-attentionnelle

Ce profil de dyslexie-dysorthographie concerne les enfants qui ont un empan visuo-attentionnel réduit. Lorsqu’on lit, on suit le texte des yeux en faisant plusieurs pauses très courtes afin d’identifier les lettres. Un empan visuo-attentionnel réduit implique que, dans chaque petite pause, le nombre de lettre traitées est moins grand que pour les autres. Ainsi, puisque la photographie des mots est moins stable donc l’accumulation des mots dans le lexique orthographique est plus lente. Cette DD touche surtout la lecture.

Empan visuo-attentionnel réduit, Dyslexie-Dysorthographie

Lecture : DD visuo-attentionnelle

La lecture est difficile pour les mots nouveaux et les mots que l’enfant a déjà lus plusieurs fois auparavant en raison de l’empan réduit. Pour la même raison, elle a tendance à être saccadée et lente. Ils ont particulièrement de la difficulté à lire les mots longs, qui vont être lus de façon segmentée.

Ex. En lisant le mot automne, Zoé lit au-tom-ne.

Écriture : DD visuo-attentionnelle

En écriture, ces enfants sont capables d’écrire un mot aux sons. Toutefois, ils font des erreurs en ne respectant pas les frontières des mots. Par contre, puisque la photographie des mots est moins stable, les mots qui ne s’écrivent pas aux sons, comme les mots irréguliers, sont plus difficiles (ex. : Monsieur).

Ex. Zoé écrit ‘unavion’ au lieu de ‘un avion’ et ‘es calier’ pour ‘escalier’.

Dyslexie-dysorthographie mnésique

La DD mnésique est due à un déficit en ce qui concerne la mémoire lexicale orthographique. L’enfant a de la difficulté à emmagasiner les mots dans son lexique orthographique (le dictionnaire mental). Cette DD touche davantage l’écriture que la lecture.

Lecture : DD mnésique

L’enfant n’a aucun problème à décoder les mots, mais il peut avoir de la difficulté à lire les mots irréguliers. Aussi, les problèmes de mémoires peuvent engendrer des confusions lors de la lecture de lettres qui se ressemblent (b/d, p/q, u/n).

Ex. En lisant le mot chorale, Simon a oublié que dans ce mot, le ch- se prononce comme un k-.

Écriture : DD mnésique

Bien que l’enfant n’éprouve pas de difficulté à écrire aux sons, il a de la difficulté à se souvenir de la photo du mot. Alors, ça pose problème lorsque vient le temps d’écrire des mots irréguliers.

Ex. Simon veut écrire le mot chaud, mais il ne se souvient plus si dans ce mot le son /o/ s’écrit -o, -eau, –ault ou -aud.

Sources

Caldani, S., Gerard, C. L., Peyre, H., & Bucci, M. P. (2020). Visual Attentional Training Improves Reading Capabilities in Children with Dyslexia: An Eye Tracker Study During a Reading Task. Brain sciences, 10(8), 558. https://doi.org/10.3390/brainsci10080558

Stanké, B. (dir) (2016). Les dyslexies-dysorthographies. Presses de l’Université du Québec. https://www.puq.ca/catalogue/livres/les-dyslexies-dysorthographies-2943.html

Commentaire